Accueil

Accueil

Nouveauté Juillet 2017! Le livre ré-édité (Seconde Edition) en version papier!

 

Bonne nouvelle pour de nombreux lecteurs et voyageurs qui en ont fait la demande!

 

Celle-ci étant restée constante, les Editions CAPTAIN NETWORK ont décidé de ré-éditer le livre en 2 tomes "Voyage autour du Monde..." en version papier.

 

Le livre en 2 tomes:

 

"Voyage autour du Monde..." Seconde Edition

3 ans, 3 océans, 36 000 milles à la voile en famille

à bord d’un catamaran de 15 mètres

 

sera disponible à la vente courant Juillet 2017 sur ce site.

 

Mais uniquement pour une commande simultanée des 2 tomes, et une livraison en France Métropolitaine.

 

Les acheteurs intéressés résidant Outremer ou à l'étranger devront impérativement passer par un correspondant résidant en France Métropolitaine. 

 

Dans sa seconde édition, le livre a bénéficié d'une relecture et d'un petit allègement de certains passages denses, ainsi  que d'une préface d'Isabelle Autissier. Pour autant, toutes les informations utiles à la préparation  d'un tour du monde à la voile n'ont pas été modifiées.

 

Pour les lecteurs possédant déjà le Tome 2 de la première édition, et souhaitant se procurer uniquement le Tome 1 de la seconde édition, il est prévu un lot spécifique de 80 exemplaires du Tome 1 seul, qui pourra être fourni sur demande particulière à contact@voyageautourdumonde-lelivre.com.

Les demandes ne seront satisfaites que dans la limite des stocks disponibles à cet effet. Ne tardez pas à vous manifester!

                               
 

 

Tome 1  Format 240x160 mm/372 pages/93 photos/3 cartes)

Tome 2  Format 240x160 mm/414 pages/93 photos/2 cartes)

Commander

Pourquoi partir faire le Tour du Monde?

« Pourquoi partir faire le tour du monde ? Comment s’y préparer ? Comment choisir son voilier de voyage ? Comment gérer la technique du bord ? Comment s’organise la vie à bord ? Quel itinéraire choisir ? Quelles dates-clefs doit-on respecter ? Quels sont les dangers auxquels on s’expose ? A quels coups de cœur peut-on s’attendre ? etc… Cet ouvrage en 2 tomes de près de 800 pages, qui relate un tour du monde des années 2010, apporte une multitude de renseignements et de réponses, à travers un récit qui respire l’authenticité, la franchise, et la précision. Sans être à proprement parler un guide nautique du grand voyage en voilier, le livre, qui se lit chronologiquement comme un roman, donne au fil des chapitres et des opportunités beaucoup d’informations utiles aux candidats au départ qui envisagent une croisière sabbatique et a fortiori un tour du monde. La solide expérience personnelle et professionnelle de l’auteur, la précision documentaire du récit et l’ampleur de ce voyage permettront à tous ceux que ce sujet intéresse de mieux cerner les différents aspects d’une telle aventure.
Les thématiques abordées ? Les raisons du départ, la préparation du voyage, le choix du voilier, l’équipage, la communication et ses moyens, l’itinéraire et la durée du périple, la technique, la sécurité, la simplicité – la fiabilité – l’économie, la scolarité des enfants, l’organisation de la vie à bord, et une foule d’autres sujets au fil de l’eau… »

 

« Il en est des voyages comme il en est des moments de vie. Certains n’engagent que quelques instants, ou quelques jours. D’autres, bien plus conséquents, représentent de véritables marques de parcours, initiatiques ou vitales, qui vont redistribuer les cartes de l’existence même de ceux qui auront osé s’y engager. Suspension du temps, observation, réflexion, inflexion de la trajectoire de vie. Besoin de découvrir, parfois de se modifier. Depuis notre première rencontre, il y a des années, j’ai vu Olivier, que je savais bon marin, peaufiner ses optiques et affiner sa plume.  Avec sa petite famille, il a un jour largué les amarres, celles de son voilier, mais celles de leur vie aussi. La quête pouvait commencer, et l’histoire s’inscrire. Au-delà du périple vécu en quatuor familial, le navigateur a laissé courir sa curiosité, son ouverture sur le monde environnant, décrivant avec intérêt et précision d’autres aventures, scientifiques ou d’exploration, dont Jangada, naviguant à travers le temps, recoupait la trace. Le récit de ce voyage autour du monde en est d’autant plus riche, original, et passionnant… »
Bernard Henry/Emeraude Productions

Voyage autour du Monde...

 

« Le tour du monde en voilier, c’est le rêve d’une vie pour beaucoup d’entre nous, et c’est dans cette véritable aventure humaine que l’auteur nous entraîne à travers les 2 tomes du récit qu’il en a tiré. Voyage autour du Monde…  se lit comme un roman. Pour tous ceux qui envisagent un jour d’entreprendre un voyage en voilier, et a fortiori de faire le tour du monde, ce livre constitue une véritable mine d’informations indispensables à la préparation du voyage… » 
Jean-Christophe Guillaumin / Multicoques Magazine 

 

Accomplir un jour le tour du monde à la voile compte toujours au nombre des rêves mythiques de l’homme occidental. Il s’agit souvent d’une œuvre humaine majeure dans la vie de ceux qui l’ont osée. Si cette aventure ne représente plus un exploit maritime, elle reste tout de même une belle entreprise personnelle et familiale aux retentissements imprévisibles et multiples, dont le récit permet d’approcher  la réalité, de mûrir un projet similaire, ou simplement de perpétuer le rêve...
Ce voyage de 3 années et 36 541 milles autour du monde réalisé en famille à bord d’un catamaran d’occasion reconditionné de 15 mètres nous a emmenés dans des lieux aussi différents que les îles Selvagens, Santo Antao ou Sao Nicolau, les deltas du Siné-Saloum et de la Casamance, les rochers Saint-Paul, les îles du Salut ou l’archipel des San Blas, Panama et les Perlas, les Galapagos, les Gambier et les Tuamotus, Tahiti et Bora Bora, Maupiti et Mopélia, l’atoll de Suvarov, l’île de Niue, et Tofua, aux Tongas. Nous avons, entre mille autres choses, vécu la fête de la Tabaski à Ehidj, fait une escale rare en plein Océan Atlantique, secouru un voilier abordé par des cachalots à l’approche du Brésil. Nous avons pêché malgré nous 7 requins d’un coup dans l’atoll d’Amanu aux Tuamotus, analysé les mécanismes hydrauliques de la passe redoutée de Maupiti, assisté à la mort d’un voilier sur l’île déserte de Kelefesia. Nous avons retrouvé la grotte refuge du Capitaine Bligh, à Tofua, nous avons nagé avec les baleines à bosses, aux Ha’apai. Impuissants, nous avons été poussés sur un récif de corail par un grain d’une extrême violence, de nuit au mouillage, à proximité de l’îlot désert de Limu Island (Tongas). Mais, seuls, nous avons pu retrouver les eaux saines et, quelques semaines plus tard, nous pédalions, heureux, sur la piste de l’Otago Central Rail Trail. Nous étions parvenus au pays du long nuage blanc. Kia Ora Aotearoa ! La Nouvelle-Zélande, pour un arrêt technique, et une escale verdoyante de 5 mois. Avant…
Avant de reprendre la mer. Laquelle nous réservait, bien sûr, de nouvelles aventures !

 

Après une longue escale aux antipodes, la route maritime du retour a cheminé pour nous pendant plus de 18 000 milles via le détroit de Torrès et l’Afrique du Sud. L’île des Pins, le Vanuatu, les Louisiades, le Timor, les îles de la Sonde, Bali, et Christmas… Cocos Keeling et Rodrigues, poussières d’îles isolées, aux mouillages enchantés. Mer Rouge et Canal de Suez ? Non. Par souci de sécurité, mais aussi du fait des nombreux attraits de la route sud. Alors nous sommes redevenus marins pour négocier un passage délicat au sud de l’Afrique, allongeant des vitesses moyennes de folie dans la veine du courant des Aiguilles... Etrange navigation le long des dunes du désert du Namib. Heureux, nous avons retrouvé le soleil de l’Atlantique Sud et les longues glissades sous les étoiles. Vers Sainte-Hélène et Ascension. Nous avons parcouru les lieux de l’assassinat de Marion-Dufresne dans la Baie des Iles, avons assisté à l’incroyable saut du N’gol à Rangusuksu, bu le kava dans la quiétude du soir à Port-Vila. Nous avons rencontré un serpent agressif, en pleine mer, dans le détroit de Torrès, nous avons côtoyé les varans de Komodo sur l’île de Rindja. Nous nous sommes intéressés à la ligne Wallace à Lombok, et à la dynastie Clunies-Ross aux Cocos. Le plus beau lagon des Mascareignes ? Rodrigues. L’Afrique australe ? La nature y est puissante… L’anémomètre a atteint 65 nœuds au large d’East London. Mais, émerveillés, nous avons approché les grands animaux sauvages du continent noir. Nous avons remonté les côtes arides de Namibie dans le brouillard, au milieu des phoques, jusqu’à Walvis Bay. Ont suivi trois semaines passées à arpenter les hauteurs chargées d’histoire de Sainte-Hélène. Et puis… Et puis un jour de printemps, après des milliers de milles et des mois de voyage, nous avons recoupé notre sillage océanique, là-bas, quelque part au sud des îles du Cap Vert. Nous avions atteint notre objectif, nous avions bouclé le tour du monde…

 

Voyage autour du Monde… est un récit accessible à tous, lecteurs généralistes aussi bien que praticiens de la grande croisière à la voile, et voyageurs de tous poils, hommes et femmes. Le texte décrit sur l’ensemble du voyage la totalité des aspects de la vie à bord, sans jamais insister sur les notions purement techniques de la manœuvre ou de la navigation. La relation reste compréhensible par tous sans connaissances particulières et s’intéresse, quand l’occasion se présente géographiquement, à l’aspect historique de certains évènements survenus localement.

Voyage autour du Monde…  privilégie l’authenticité. J’ai tenu à transmettre l’image la plus fidèle possible de ce que représente l’ensemble d’un voyage de cette ampleur, réalisé en famille, en évitant de donner un angle d’approche restreint à la relation écrite.

Ce livre, bien qu’il recèle une multitude d’informations utiles au voyageur au long cours, n’est surtout pas un guide nautique de grande croisière. Il en existe de très bons.
Le premier tome couvre la préparation du projet et le départ de La Rochelle, puis le voyage jusqu’à notre séjour de plusieurs mois à terre en Nouvelle-Zélande. Le second débute avec le réarmement du bateau à Marsden Cove (NZ), pour parcourir l’itinéraire retour jusqu’au port de La Rochelle, terme du voyage.

 

J’espère que récit donnera à ceux qui hésitent encore à se lancer l’envie d’entreprendre leur propre aventure.
Quelle qu’en soit l’issue, il n’y a guère à envisager de regrets d’avoir tenté l’échappée belle.
Le temps presse. Il y a urgence à vivre. La vie est un privilège…

Retour haut de page